Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 11:04

Un ces cas les plus documenté est celui de la plaine d’Aï Khanoum qui se couvre de nombreux sites d’habitation, inexistants sous les Achéménides, ce qui doit être en rapport avec l’aménagement de grands canaux destinés à l’irrigation. Les deux principaux mesurent chacun plus de 30 km entre la Kokcha et l'Oxus, et donnaient naissance à de très nombreuses dérivations s'éloignant parfois de plus d'un kilomètre du canal principal. De telles réalisations demandaient d’immenses travaux de terrassement, et donc une main d’œuvre très nombreuse, qu’il a fallu entretenir pendant la durée des travaux. Ceux-ci étaient d’autant plus difficiles qu’il fallait faire remonter l’eau puisée dans la rivière Kokcha de 20 mètres pour l’amener sur le plateau. Ces travaux firent appel à un savoir faire local, si l’on en croit les techniques utilisées mais aussi au grec, si l’on regarde l’implantation de ces réseaux répondant parfaitement à la topographie, ce qui fit certainement appel à la géométrie que les Grecs avaient largement développée. Or ce n'est pas au début de l’époque hellénistique que les conditions requises pour une telle entreprise étaient réunies, la population étant trop faible et le pouvoir mal établi. Les traces archéologiques mettent d’ailleurs en évidence le fait que cet habitat ne se développa pas lors de la fondation d’Aï Khanoum mais plus tard, vers la seconde moitié du IIIe siècle av J.-C. Ce n’est que sous Diodote que la plaine d'Aï Khanoum aurait atteint sa pleine prospérité, grâce à un réseau d'irrigation construit sur son initiative ou sur celle de ses prédécesseurs immédiats, possédant des moyens financiers supérieurs à ceux de la simple Bactriane indépendante.

La région sous Diodote est donc beaucoup plus densément peuplée qu’à l’époque achéménide. L’occupation humaine est cependant inégale dans la plaine. Le long des rivières Oxus et Kokcha, on constate l’existence d’une forte densité d'habitations souvent proches les unes des autres, probablement des villas de propriétaires terriens, des bâtiments agricoles, etc. La « ville ronde » d'époque achéménide semble à cette époque à peu près abandonnée ; en revanche, les sites hellénistiques sont nombreux dans sa périphérie. La seconde zone s’étend  à proximité des deux grands canaux, dans la partie orientale de la plaine. Elle est caractérisée par un habitat rural dispersé, où l’on ne retrouve pas véritable village mais des bâtiments plus ou moins groupés. Leur répartition est sans doute en rapport avec le tracé des canaux secondaires et de leurs dérivations.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • Amalkhan
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.

Bienvenue

Voici un blog qui vous présente une certaines quantité d'information sur des sujets très divers. Utilisez la colonne ci-contre pour accéder aux thèmes et articles qui vous intéressent.

Attention

Ce blog est en pleine refonte, certains articles et certaines catégories vont disparaître et d'autres vont apparaître, d'autres encore vont être modifiés dans les mois à venir.