Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 09:15

La civilisation de l’Oxus à l'âge du fer

 

Vers la fin du IIe millénaire entre 1400 et 1000 av J.-C, avec le ralentissement des mouvements migratoires, les centres de civilisations réapparurent et les échanges interrégionaux reprirent. Dans ces circonstances les villes s’épanouirent de nouveau en Afghanistan, ces développements de l’âge du fer firent naitre le monde que les Perses rencontrèrent en arrivant dans la région au VIIe siècle av J.-C. Il est souvent difficile de faire la différence entre ce qui est antérieur à la présence achéménide dans la région et ce qui leur est contemporain.

Un changement graduel et lent de la civilisation agraire de l'Oxus de l'âge du Bronze a lieu, aucun événement violent ne semble s'être produit sur les sites connus mais la zone steppique au Nord apporte des innovations comme la source d'innovation telles que  l'équitation, une partie de la nouvelle métallurgie, ou le pastoralisme mobile. De plus, l’apparition du Mazdéisme a certainement joué un rôle dans la modification des caractéristiques de la civilisation de l'Oxus au début de l'âge du Fer.

Cette évolution sur le long terme, avec des permanences, est particulièrement visible en Bactriane orientale où les travaux d’irrigation continuent sur le même schéma qu’aux époques précédentes. Même le processus d’urbanisation semble être sur la lancée de celui de l’époque précédente, on ne note pas de véritable rupture. C’est le cas dans la plaine de Dasht-i Qala où au site principal de Shortughaï  pour l’Age du Bronze, succède celui de Qohna Qala à l’Age du Fer. A la charnière entre les deux âges, deux mises en valeur étonnantes ont été effectuées par les habitants de Bactriane. La première étonne par sa technicité car, avant d'irriguer le plateau d'Asqalan, un canal dérivé de la rivière de Bangi s'étire en aqueduc sur 20 km. La seconde est la dérivation des eaux de la rivière de Taloqan dans le Rud-i Chah Rawan en perçant le seuil de Shoratu, soit un creusement de 20 m de profondeur sur 800 m de longueur dans le but d'irriguer une plaine située sur la rive gauche entre la Kokcha et l'Amou Daria.

Le creusement du canal Rud-i Chah Rawan suppose l’existence d’une autorité centralisée, l’extension des systèmes d'irrigation au cours de l’âge de fer implique l'existence d'un centre de décision majeur en Bactriane orientale, dont l'autorité dominait en ces matières celle d'éventuelles chefferies formées antérieurement à des échelles plus locales (les chefferies devenues peut être des « cités Etats ») ; le Bala Hissar1 de Kunduz pourrait avoir joué ce rôle. Il est cependant impossible de savoir quel était le système politique en place (royauté, oligarchie…) ni même l’existence d’un Etat unique.

Le progrès technologique apporté par les steppes du Nord ne semble donc pas entrainer de changements majeurs dans l'organisation socio-économique des communautés locales.

A l’Age du Fer, le peuplement progresse sur les terrasses les plus hautes et dans les zones montagneuses vers le Badakhshan. Les sites fortifiés sont plus nombreux et apparaissent comme des protections pour les communautés paysannes occupant des zones de peuplement assez denses (pour l’époque). L'architecture militaire et palatiale est directement issue de celle des remparts et des châteaux de l'âge du Bronze, construits dans toute la zone de l'Oxus, ce qui montre encore une fois la continuité entre les deux époques.

Ce qui étonne à l’Age du Fer est que l'ampleur des réseaux d’irrigation ne s'accompagne pas de manifestations grandioses dans le domaine de l'artisanat de luxe ou de l'architecture aulique2, ni dans celui du commerce à longue distance. En effet, on ne note plus l’existence des grands temples et des palais de la période précédente. Ce phénomène est peut être à mettre en relation avec une nouvelle façon de penser due au développement du Mazdéisme ou du Zoroastrisme (voir ci-dessous).

 

Le sud de l’Afghanistan

Dans le sud de l’Afghanistan, les résultats de fouilles sont très rares, le site de Mundigak livre quelques informations. Il semble que l’installation humaine y fut faible et les habitations sont plus rares qu’aux périodes d’occupation précédentes. Cependant il est certains que certains peuples restaient installés dans la région puisque le conquérant Cyrus y trouva de l’aide en traversant la région.



1 Ce qui signifie le Château Blanc, c’est le nom donné à de nombreuses forteresses en Afghanistan

2 C'est-à-dire l’architecture relative à des fonctions royales ou administratives

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • Amalkhan
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.

Bienvenue

Voici un blog qui vous présente une certaines quantité d'information sur des sujets très divers. Utilisez la colonne ci-contre pour accéder aux thèmes et articles qui vous intéressent.

Attention

Ce blog est en pleine refonte, certains articles et certaines catégories vont disparaître et d'autres vont apparaître, d'autres encore vont être modifiés dans les mois à venir.