Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 11:22

Cette semaine j'ai relu pour me faire plaisir (et parce que je n'aime pas me dire que j'ai dans ma bibliothèque des livres juste pour les montrer, si je les ai achetés c'est que je veux les lire plusieurs fois) ce livre que j'anais plus lu depuis des années, depuis ma scolarité il me semble.

 

J'avais un souvenir assez vague de cette oeuvre, dont je me rappelais pourtant très bien les premiers mots. Je pense vraiment que c'est un livre qui mérite d'être relu car il a une profondeur qui ne marque pas forcément quand on est adolescent. Ce n'est pas simplement l'histoire d'un homme indifférent à la société qui l'entoure, c'est aussi celle d'une société jugeant un homme. Mais c'est aussi une description de la société française d'Algérie à cette époque, du racisme ambiant. C'est enfin et surtout une réflexion sur l'enfermement et sur la peine de mort, leur pertinence, leur utilité, leurs buts.

Par certains côtés il rappelle un peu la Nausée de sratre mais en pire dans le sens où dans la nausée décrit une personne qui déteste la société, il est animé d'un sentiment, dans l'étranger le héros ne ressent presqu'aucune émotion, il n'est capable de se rendre compte de son bonheur qu'une fois que celui-ci est fini (et de ce point de vue là il est très proche de nombreuses personnes), n'a que très peu d'envies, qui sont essentiellement physiques, aucun désir, aucune aspiration à mieux et finit même par se satsifaire de ses conditions de vie en prison.  Cet homme pose un regard froid sur tout ce qui l'entoure, il n'anlyse même pas les choses, il les observe sans juger, sans s'indigner, sans s'enthousiasmer, il est mort avant même d'être exécuté car il ne ressent rien. Il ne ressent aucun mal être comme dans la nausée, il n'a pas vraiment conscience d'être, sauf à de rares instants banals qu'il dit apprécier.

On ressort de cette lecture sans aucune certitude sur cette homme, qui par moment semble humain mais si peu, tuer ne le dérange pas, la mort ne l'effraie pas malgré sa jeunesse, l'amour ne le concerne pas et la colère ou le sentiment d'injustice lui sont inconnues.

 

C'est donc un plaisir de rélire cette oeuvre et je pense que je la relirais dans dix ans pour y voir plus de choses encore.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • Amalkhan
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.

Bienvenue

Voici un blog qui vous présente une certaines quantité d'information sur des sujets très divers. Utilisez la colonne ci-contre pour accéder aux thèmes et articles qui vous intéressent.

Attention

Ce blog est en pleine refonte, certains articles et certaines catégories vont disparaître et d'autres vont apparaître, d'autres encore vont être modifiés dans les mois à venir.