Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 09:51

 

Dès la fin du IVe et le début du IIIe millénaire, une culture sédentaire basée sur l’agriculture irriguée s’était développée en Bactriane, elle s’étendait tout autour du bassin de l’Amou Daria moyen mais un bon exemple se trouve autour de Taloqan, où l’on a identifié des systèmes d’irrigation étendus. La technique mise en œuvre est complexe, car l’eau est captée à l'aide de dérivations aménagées dans le lit des rivières qui sont parfois encaissées dix mètres plus bas que le niveau des plaines qu'ils doivent irriguer, comme c'est le cas pour la Kokcha. Ces villages utilisent des poteries semblables à celles qu’utilisent ceux du bassin du Helmand à la même époque, ce qui montre l’importance des communications entre les deux régions. Vers la seconde partie du IIIe millénaire, alors que la civilisation de l’Oxus a atteint son niveau de maturité, ces canaux peuvent atteindre une longueur de 20 à 30 km (canal de Shortughaï qui allait puiser dans la Kokcha), ce qui permet de conclure à l’existence de communautés nombreuses et organisées, possédant sans doute une organisation sociale et politique déjà assez développée.Si la gestion savante de l'eau n'implique pas nécessairement l’existence d’un Etat unifié, elle suppose cependant celle d’organes de décisions et des relations entre ce que l’on pourrait appeler des chefferies. A cette époque, une hiérarchie possible des sites apparaît, mais ceux qui sont fortifiés sont munis de remparts que l’on n’a pas datés.

Un site local en particulier attire l’attention, faisant office de « capitale », celui de Shortughaï. Le site occupe une surface d’un peu plus de deux hectares sur une ancienne terrasse alluviale de l’Amou Daria. Il fut occupé dès la seconde moitié du IIIemillénaire et jusqu’au début du IIe. Les archéologues y ont identifié deux phases principales. Dans la première phase, jusqu’au deuxième quart du IIe millénaire, le site est en contact avec la civilisation de l’Indus1 comme l’attestent de nombreux objets retrouvés sur place, bracelets en coquillage provenant de l’Océan Indien, bijoux en cornaline et agate, céramique et briques crues typiquement harappéennes (elles sont très régulières et possèdent exactement les mêmes dimensions dans chacun des établissements de cette civilisation). Un atelier de taille du lapis-lazuli a également été trouvé, ce qui laisse à penser qu’il s’agissait d’un comptoir commercial harappéen lié à l’exploitation de cette pierre précieuse qu’utilisait beaucoup la civilisation de l’Indus, mais aussi les établissements qui y étaient apparentés dans le sud de l’Afghanistan comme à Mundigak.

A la fin du IIIe millénaire, on compte des dizaines d’établissement le long de l’Amou Daria, de Maïmana jusqu’à Balkh mais aussi dans la région plus orientale de Khanabad-Kunduz, Yangi Qala ou Taloqan. Ils font partie d’une civilisation très étendue comprenant des centaines de sites dépassant le cadre géographique de notre étude. Ils se rattachent à ce que l’on nomme la Civilisation de l’Oxus. Chacun comptait quelques dizaines de maisons, bâties avec des briques de boue de taille uniforme et dont les murs et les sols étaient recouverts d’argile. Les pièces des maisons individuelles étaient groupées autour d’une cour intérieure. On retrouvera cette architecture bien plus tard dans la région. Elles abritaient probablement des familles étendues. On a également retrouvé des demeures fortifiées assez différentes des ordinaires, probablement celles de notables, ce qui encore une fois met en avant une différenciation sociale déjà assez développée. La population est groupée en oasis sur des terroirs irrigués où elle pratique la culture des céréales et l'élevage des ovins et des caprins.

Les objets retrouvés de la civilisation de l’Oxus montrent très clairement les influences culturelles venues de la vallée de l’Indus (en particulier certaines armes en bronze) tout comme des influences plus nettes encore venus d’Iran occidental (Suse, les civilisations proto-élamites) comme du Sistan (ville de Chakh-i Sokhta).

Celle-ci était évidente dans les bâtiments monumentaux à caractère public. Les monuments sont très diversifiés, de plan carré, circulaires ou cruciformes. On a retrouvé la trace de très vastes manoirs fortifiés avec des murailles concentriques, renforcées par des tours, protégées parfois par des bastions. Ces bâtiments ne semblent pas avoir une fonction uniquement militaire car l’intérieur comporte des habitations, des bâtiments de stockage de provisions, des ateliers et bien souvent des lieux de culte. On note par exemple sur l’un des sites, l’existence de temple rond accueillant un autel où brulait un feu (on retrouvera dans les premières religions locales connues un culte du feu) et des habitations pour les serviteurs du temple, et d’un édifice rectangulaire avec des autels dans la cour centrale et entouré de fossés remplis d’eau. Ces bâtiments montrent l’existence d’une classe sacerdotale mais aussi suggèrent qu'ils pouvaient abriter des familles puissantes. Celles-ci étaient peur être unies entre elles par des liens claniques et chacun de ces manoirs serait une sorte de citadelle, dotée de son propre chef contrôlant le territoire environnant, dans la limite de l'influence d'autres citadelles comme on l’a vu pendant des siècles encore en Afghanistan. Il semble aussi que les artisans potiers aient constitué un groupe à part. On peut supposer que ceux qui travaillaient les métaux faisaient de même.

Un site de cette civilisation a révélé de grandes richesses archéologiques, il s’agit de Djarkutan, aujourd’hui en Ouzbékistan, à 60 km de l’Afghanistan, mais tous les sites de cette civilisation présentaient une grande uniformité. Les établissements de la civilisation de l’Oxus avaient une taille relativement importante. Leur cœur était souvent formé par une forteresse flanquée de tours de garde à chacun de ses angles. Le reste de la cité s'organisait autour de ce centre. Ils comportaient des quartiers d'habitation, ainsi que des zones où étaient regroupés les artisans. Autour de ces grands centres gravitait un ensemble de petits villages, plutôt tournés vers l'activité agricole, et ne comportant aucun ouvrage défensif.

L’occupation de Djarkutan remonte au IIemillénaire. Sur une centaine d’hectares s’étendent différents bâtiments : « citadelle », palais, temple, quartiers d’habitation et nécropole. Au milieu du site s’élève la « citadelle » sur près de 3 hectares. Elle renferme un palais monumental et des habitations. Le temple a été construit sur la partie la plus élevée du site. On devait y pratiquer un culte de type proto-zoroastrien puisqu’on y retrouve encore une fois un autel avec un feu. Les habitations (d’une à deux pièces) étaient séparées par des ruelles étroites recouvertes de gravier. Au sud et à l’ouest, s’étendait une nécropole, séparée de la ville par un canal d’irrigation. Les fouilles ont livrées des objets en céramique très fine, réalisée au tour, mais sans décoration. L’ensemble de ces découvertes urbanistiques montre une société hiérarchisée et organisée reposant sur une économie essentiellement agricole.



1 Cette civilisation est également appelée harappéenne, du nom d’un de ses principaux sites archéologiques, situé au Pakistan actuel. Elle s’est développée autour de l’Indus mais a touché les régions orientales et méridionales de l’Afghanistan. Elle s’est développée entre le Ve millénaire et le IIe millénaire av J.-C et est donc contemporaine de celles de Mésopotamie et de l’Égypte ancienne. Son extension géographique cependant était plus importante. Elle s’est effondrée vers 1800 av J.-C. sans doute en raison de l’arrivée de peuples barbares guerriers du Nord

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • Amalkhan
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.
  • Professeur d'histoire géographie passioné par l'Afghanistan et amoureux des lettres.

Bienvenue

Voici un blog qui vous présente une certaines quantité d'information sur des sujets très divers. Utilisez la colonne ci-contre pour accéder aux thèmes et articles qui vous intéressent.

Attention

Ce blog est en pleine refonte, certains articles et certaines catégories vont disparaître et d'autres vont apparaître, d'autres encore vont être modifiés dans les mois à venir.